Responder

De la Vendée à la Charente - Un petit périple de 20 personnes / 3 générations

rmeslier
male
Mensajes: 14
Árbol : Gráfico
Ver su árbol genealógico
Bonjour tout le monde,

Je lance ici une bouteille à la mer, je ne sais pas si c’est le bon lieu =)

Mon arrière-grand-père Marcel Octave Maurice PUAUD (1899 à Saint Mesmin - 1939 à Angoulême) est parti en 1928 depuis la Vendée jusqu’en Charente avec ses frères, femmes et enfants. Et j’aimerais pouvoir raconter son histoire à ma grand-mère qui est peu renseignée sur ce sujet.

Pour vous retracer un peu son parcours depuis la Vendée en Charente :
  • Date / Lieu / Source
    1926 Saint-Mesmin, Vendée, Recensement de 1926
    1928 Juignac, Charente Matricule Militaire
    1929 Charmant, Charente Matricule Militaire
    1930 Aignes, Charente Matricule Militaire
    1931 Aignes, Charente Recensement de 1931
    1932 Juignac, Charente Matricule Militaire
    1936 Salles-Lavalette Recensement de 1936
Il avait 4 jeunes enfants en partant de Vendée, et la famille va continuer de s’agrandir jusqu’à sa mort en 1939 à Angoulême (il ne connaitra pas la petite dernière – ma grand-mère).
  • Personne / Date de naissance / Lieu de naissance
    Marcel PUAUD 08/10/1899 Saint-Mesmin, Vendée
    Maurice PUAUD 18/03/1924 Saint-Mesmin, Vendée
    Reine PUAUD 17/03/1926 Saint-Mesmin, Vendée
    Louis PUAUD 17/01/1928 Saint-Mesmin, Vendée
    Octave PUAUD 02/07/1929 Juignac, Charente
    Marthe PUAUD 04/03/1931 Aignes, Charente
    Marcelle PUAUD 08/11/1932 Juignac, Charente
    Roger PUAUD 04/07/1934 Juignac, Charente
    Guy PUAUD 27/10/1937 Hiersac, Charente
    Gisèle PUAUD 01/06/1940 Hiersac, Charente

Et ce n’est pas le seul de sa famille à quitter ses terres :
  • - Sa sœur Octavie Marie Louise PUAUD (1893 à Saint Mesmin - 1955 à Salles Lavalette) a fait un voyage similaire avec son époux Gustave Maxime Valentin MORISSET avec au moins 4 enfants (dont 3 nés en Vendée).
    - Son frère Louis Michel Lucien PUAUD (1895 Saint Mesmin - 1966 Roullet Saint Estèphe) a fait un voyage similaire avec sa femme Yvonne Marie Marguerite LUMEAU et au moins 6 enfants (dont 3 nés en Vendée).
    - Et même son père âgé de 65 ans va faire le déplacement (sa mère décède en 1925 en Vendée)
J’ai lu quelques articles de presse qui expliquent un peu dans quel contexte début XXème les agriculteurs Vendéens sont partis massivement chercher des jours meilleurs en Charente (vignes décimées en Charente, besoin d’experts en polyculture, familles trop nombreuses en Vendée).

En revanche, je me demandais s’il existait d’autres ressources plus détaillées et vivantes sur cette migration et comment ces départs était organisés à cette époque. J’imagine des dizaines de familles nombreuses qui débarquent de Vendée dans les petits villages de Charente ça ne passe pas inaperçu et ça doit s'anticiper ?

Tout élément pour pouvoir retracer l'histoire de cette migration (photo, document manuscrit, ou littérature vivante sur le sujet) ou de ces familles est le bienvenu… je vous remercie =)


Note : je peux aussi vous transmettre des informations plus détaillées sur les membres de la famille et leur parcours si nécessaire.

Chaleureusement,
Romain M

Edit du 01/07/2020 suite aux commentaires de daline5 & jouhanneau
Última edición por rmeslier el 01 Julio 2020, 13:40, editado 2 veces en total.

daline5
daline5
Mensajes: 1622
Árbol : Gráfico
Ver su árbol genealógico
Bonjour
Il ne s'agit pas d'une longue migration ;) . La Vendée et les Charentes sont proches. 200 km c'est vraiment rien. Sans parler de ceux qui émigraient à l'autre bout du monde, cette famille ne traverse pas la France non plus.
Dans les recensements n'avez-vous pas trouvé les professions? C'est certainement cela qui les a poussés à passer d'une région à l'autre. Vous parlez des années 1930 les chemins de fer, les tramways existent, les automobiles et les hypomobiles...cela ne semble pas insurmontable.
Les causes : On peut envisager une famille nombreuse dans laquelle le frère ainée garde les biens plus ou moins importants dans l"héritage et les plus jeunes vont s'installer ailleurs. Evidemment il peut y avoir un problème dans le village d'origine : épidémie, climatique, histoires sordides... mais le métier est souvent la raison première d'un changement de domicile.
Avez-vous exploré la presse locale sur Gallica ou Retronews?
Cordialement
Última edición por daline5 el 01 Julio 2020, 12:01, editado 1 vez en total.


rmeslier
male
Mensajes: 14
Árbol : Gráfico
Ver su árbol genealógico
Bonjour à vous deux,

Merci d'avoir pris le temps de répondre !

@Jouhanneau, j'ai bien corrigé le terme "immigration" clairement impropre. Je parle bien d'un phénomène de "migration rurale" massive
(https://www.persee.fr/doc/noroi_0029-182x_1969_num_62_1_1638).

@Daline5, j'ai leur métier oui, ils étaient domestiques agricoles. Je suis bien d'accord que parcourir 200km ce n'est pas insurmontable en 1928 en revanche ils quittent des terres que leur famille occupe depuis 200 ans (ils ne déménageaient pas à plus de 5km), avec des enfants en bas age, et une fois arrivés en Charente il sont très mobiles de fermes en fermes. Le déracinement est total.

J'ai lu dans un article de presse :
  • En Charente, les migrants s’organisent entre eux, s’échangent les bons conseils pour une installation réussie, fondent des amicales dont certaines, comme celle des Bretons, existent toujours.

    À Blanzaguet, Charles Daniau crée en 1947 un syndicat pour les migrants Vendéens qui va, comme son homologue Breton, jusqu’à faciliter les acquisitions immobilières ou carrément à tout livrer clé en mains. « Parce qu’il avait été frappé de l’accueil glacial réservé à sa famille par les Charentais » dit son fils. Un ressenti qui a perduré « pendant longtemps. Même quand j’étais gamin, dans les années 1950, on sentait encore un malaise entre eux et nous, un peu comme s’il y avait eu deux clans. »
Note : j'ai bien parcouru un peu le site Gallica ou Retronews, j'ai simplement trouvé que ces familles ont eu la médaille d'argent pour leurs 8 enfants.

Bien à vous,
Romain M


rmeslier
male
Mensajes: 14
Árbol : Gráfico
Ver su árbol genealógico
Bonjour olaf8514,

Merci ! C'est effectivement le lien que j'ai mis dans mon précédent message ;)

Malheureusement l'analyse est plutôt basée sur la 3ème vague de migration (post-seconde guerre) et non la seconde vague de migration (entre deux guerres). En ce temps là l'Association Nation des Migration Rurales (A.N.M.E.R) n'existait pas encore et je ne sais pas comment cette transition était organisée.

Il me semble avoir entendu parler de déménagement de familles avec tout leur bétail, de fermes de Charente tirées au sort pour être distribuées aux familles de travailleurs vendéens, de syndicats vendéens en Charente... mais rien d'écrit ou de photographié. J'ai du mal à me raccrocher à des faits sur cette période un peu trop récente :)

Bien cordialement

jouhanneau
male
Mensajes: 640
Árbol : No gráfico
Ver su árbol genealógico
Bonsoir,
cette migration du nord-ouest vers le sud-ouest ne date pas d'hier ni d'avant-hier, elle fait partie d'une longue tradition qui remonte à la fin de la guerre de cent ans ; en limite des trois départements: Gironde /Dordogne /Lot & Garonne, des populations sont venues s’installer à partir du XVe / XVIe siècles appelées par les prêtres qui relayaient la demande des nobles, possesseurs de ces terres afin de les défricher pour les remettre en culture ; au cours des siècles suivants, cette migration a continué jusqu'à la fin du XIXe siècle.
Ces populations migrantes étaient mal perçues par les autochtones, d'où l'appellation, locale de "Gavache ou Gabaye" certainement péjorative.
Cordialement,
M. Jouhanneau

rmeslier
male
Mensajes: 14
Árbol : Gráfico
Ver su árbol genealógico
Bonjour Jouhanneau,

Tout à fait d'accord avec vous.
J'apprends l'expression "Gavache" en revanche, je ne connaissais que "Ventre à Choux" ;-)

Ce que je me demandais c'est comment de simples domestiques agricoles arrivaient à tout quitter pour aller s'installer 200km plus loin avec toute leur famille & cousins. Étaient-il aidés par des organismes en Charente ? Se sont-il déplacés avec leur charrette / bétail comme certains l'évoquent en faisant des haltes régulières ? Je n'ai trouvé aucun journal de l'époque qui parle de ces migrations rurales...

Bien à vous,
Romain Meslier

padremam
female
Mensajes: 32
Árbol : No gráfico
Ver su árbol genealógico
Bonsoir,
Auguste PUAUD domicilié aux Herbiers en vendée a été condamné au bagne en 1867 et y décédé en 1872.
Etait-il de la famille ? Une bonne raison pour quitter la région.
Bon, me direz-vous de 1872 à 1928 c'est un peu tard pour prendre une telle décision, mais on peut penser que la pression sociale à fait son chemin et pousser toute cette famille sur la route.
http://anom.archivesnationales.culture.gouv.fr/osd/?dossier=/collection/bagne/H2266/&first=FRANOM22_COLH78_0378_0132&last=

Responder

Volver a “Charente (16)”