Responder

L'Angelier, de la Lande d'Airou, en 1157 :

anglier
male
Mensajes: 138
R ) - - - D'Angeliers, en Nivernais :
-Guillaume d'Angeliers, chevalier, est mentionné dans un aveu de l'an 1296 de la vicomté de Clamecy (58), comme tenant un fief de la dite vicomté.
- - Renaud d'Angeliers, chevalier, est mentionné le martyrologe du chapître de Clamecy, et à son obit au 4 sept. 1300.
- - - Jean d'Angeliers est mentionné dans information faîte à Varzy, sur les torts faits à la dite ville par le Seig. d'Asnois. Il est mentionné dans des lettres du 20 janv. 1397 ; et qualifié élu et commis par le roi sur le fait des finances. Il est encore mentionné dans des lettres du 22 juin 1402 : portant que ledit Jean d'Angeliers, écuyer, demeurant à St-Amand en Puisaye, a fait un contrat de rente au proft de Pierre de Joigny, écuyer, demeurant à Pereuse. Il épousa Mlle Anne de La Rivière, avec laquelle il créa une rente le 19 août 1406, à prendre sur la ville et chastel de Chambon, tenu de Mr Le Duc d'Orléans, à cause de sa chatellerie d'Yeurre-le-Chastel, et sur la d'Angeliers, et sur la terre de Fresville en Gâtinais, tenue de Sr de Foisy ; les dits des propos dudit Jean d'Angeliers, au profit d'honorable homme Jean LeBlanc, argentier de la reine, par acte du 4 mars 1416.
R_Capture_D'Angeliers_00.JPG
Capture_D'Angeliers_.JPG
Capture_D'Angeliers_2.JPG
__----_____--------------__________

R.a ) d'Angeliers, rajout :
Dans l'église de Lys (48), une fort curieuse pierre tombale gravée représentant Jean de Monts, Sire de Lys, mort en 1328, et de Marguerite d'Angeliers, sa femme, décédée après son époux. Accompagnés de quatre écussons, au 1- un lion brochant sur un semé de billettes, au 2-à trois tierce feuilles, qui serait de des Thianges, au 3-? , et au 4 - à une bande acc. en chef d'une molette, de la Famille d'Angeliers.
- Jean de Monts devenu possesseur de Lys, par son mariage avec Marguerite d'Angeliers, en fit hommage, renouvelé par sa veuve en 1329.
- - La Famille d'Angeliers, à laquelle appartenait la Femme de Jean de Monts, ajoutait à son nom le nom d'un fief de la châtellerie de Saint-Vérain ; elle était de bonne noblesse au XIVe siècle.
~ ~ ~ En 1385, Jean d'Angeliers, escuyer, sans doute neveu de Marguerite, est mentionné avec Jean de Saint-Vérain. Sur les terre d'Angeliers était un château moderne à Dampierre-sur-Bouy. Nous trouvons ensuite, à la fin du XVIeS., deux d'Angeliers, frères ou cousins-germains, tous deux nommés Jean.
1- L'un, Seigneur de Chappes, marié à Jeanne de La Rivière. Il mourut avant 1575, laissant un fils, Pierre, qui fut Seig. de Besse et de Chappes, et trois filles.
2 - L'autre, dit le jeune, Seigneur de Besse ou de Bèze, dans la châtellerie de Châtel-Censoir. Il eut sans doute une fils, aussi nommé Jean, qui rendit hommage pour Besse en 1599, et qui fut le dernierde la Famille.
~ ~ ~ ~ Les Angeliers portaient pour armes : d'azur à une bande d'argent, surmonté d'une rose d'or, et acc. en pointe d'une hermine d'Argent
Última edición por anglier el 15 Mayo 2020, 21:43, editado 1 vez en total.

anglier
male
Mensajes: 138
S ) - St-Lo d'Angliers :
- Claude d'Angliers, ( 1542 x avec Catherine de Joubert ).
- Claude d'Angliers, ( 1568 x avec Catherine Jolivet ), Fs aisné de Claude et Catherine Joubert ;
- - Dont une fille x à Pierre de Juyve ;
- René d'Angliers, fs puiné de Claude et de Catherine Joubert, x à Marie de Jau, Seig. de Mortagne, dont un fs Claude, Seig. de Mortagne, x avec ? ,
- - d'où une fe ° en 1616 ;
- Une fille deClaude et Catherine Joubert x à René de la Boucherie en 1567 ;
> St-Lo d'Angliers, près de Loudun, Rte de Poitiers à Saumur, une terre et châtellerie , superbement bâtie, très beau parc, droits sur plusieurs paroisses circonvoisines. Cette Seigneurie était gérée suivant les coutumes des Commenderies en Lodunois.
- Jeanne d'Angliers, ° en 1375, fe de Louis d'Angliers et de Marie d'Harcourt, x en 1383 avec Regnault d'Angennes, Seig. de Rambouillet, + en 1424 à Verneuil /Avre. D'où Jean ;
- - Jean d'Angennes, Seig. de Rambouillet.
-Jean d'Angliers, +<1559, x en 1555 avec Louise de la Trémoille, fe de François et Anne de Laval. D'où une fille Julie ;
- - Julie d'Angliers, x à la Rochelle le 5 févr. 1629, à René Aymer.
-Claude d'Angliers, chevalier, Seig. de la Saulsaye, fs de Pierre Langlois, d'Angliers, avait épousé Catherine Jolibert en 1568. Son fils, Claude d'Angliers, ajouta à son nom celui de Jaubert, comme héritier de Françoise Joubert.
-Jean d'Angliers, chanoine de la cathédrale de Saintes vers 1562.
-Guillaume et Jean d'Angliers, pairs de la commune de la Rochelle en 1549.
-Godefroy d'Angliers était en 1551 Chanoine et vicaire général de l'évéché de Saintes.
-Claude d'Angliers (?) céda sa charge de Président du présidial (?)


( Langelier, l'Angelier, l'Anglier, d'Angliers, d'Angles, Langlois, etc . . . ? , Angely, Angey ; )
- Jeanne d'Angey, fe de Jean-François et de Louise DuPuy, de St-Lô N.-D. , épouse de François Adigard, ( x en 1691), d'où un fs, Georges-Louis Adigard, ° en 1693.
Capture_Blasons-d'Angl. . ..JPG

anglier
male
Mensajes: 138
T - Rech. De Engelier
"Etude sur Geoffroy de Vigeois" ° vers 1140 ; dans le bulletin de la Sté d'Arch. et histo. au Limousin de 1848, p 135 :
-p 155, Dans le chap XI ,Turpin faisant l'énumération des plus illustres combattants qui se trouvaient dans l'armée de Charlemagneparle ainsi du duc Engelier : "Engelier, duc d'Aquitaine, avec quatre combattants ; ils étaient instruits à manier toutes sortes d'armes, surtout les arcs et les flèches. " Cet Engelier, gascon d'origine, était duc de la ville d'Aquitaine, laquelle ville était située entre Limoges, Bourges et Poitiers.
- Or cette cité, après la mort d'Engelier, étant devenu veuve de son duc fut totalement dévastée, parce que tous ses citoyens périrent à Roncevaux par la glaive.
- p 156, Il est fait mention de la vie de St-Léonard, l'on ignore si ce roi régnait tant sur sa ville que sur la province d'Aquitaine. La suite fera connaitre en peu de mots l'origine du duc Engelier.
- p 150, Au chap XXXIIe de sa chronique, Geoffroy parle de l'expédition de Guillaume, duc d'Aquitaine, à Jérusalem, en 1001. Il est dit que l'armée de ce prince fut taillée en pièces par les Sarasins.
~ ~
Dans les mémoires de la Sté Centrale, p 201.
- Au temps d'Engelier, il y avait un autre duc d'Aquitaine dans la cité de Poitiers. Cet Engelier, par la lignage gascon, était duc du pays d'Aquitaine.
~ ~ ~
- La veille de Bouvines.
C'est la veille du jour par la foi consacré aux Saints Jacques et Christophe. Après l'aube pâlie, voici le blanc matin.
Hottmar, éxaspéré par l'obstacle imprévu, lentement se replie. A cent pas du castel il arrète sa gent, attendant l'envoyé qui porte son message, Engelier ce héraut, dont l'olifant d'argent annonce aux assiégés les pourparlers d'usage.
~ ~ ~ ~
En 1031, un Engelier, chanoine de la cathédrale du Puy, soutint à Limoges l"apostolat de St-Martial avec beaucoup d'éloquence.
~ ~ ~ ~ ~
- Saint-Jehan-l'Engelier, 1350 :
— En l’an de grasce Nostre-Signeur M.CCC et L, trespassa de ce siècle li rois Phelippes de France. Si fu ensepelis en l’abbeye de Saint-Denis, et puis tu Jehan ses ainnés fils, li dus de Normendie, rois, et sacrés et couronnés en l’église de Nostre-Dame de Raims à très-haute solennité. Apriès son couronnement il s’en retourna à Paris, et entendi à faire ses pourvéances et ses besongnes ; car les triewes estoient fallies entre lui et le roy d’Engleterre. Et envoïa grant gens d’armes à Saint-Omer, à Ghines, à Tiéruane, à Aire et tout sus les frontières de Calais, par quoi li pays fust bien gardés des Englès ; et vint en imagination au roy qu’il s’en iroit en Avignon veoir le pape et les cardinauls, et puis passeroit oultre vers Montpellier et viseteroit la Langue d’Och, ce bon cras pays ; et puis s’en iroit en Poito et en Saintonge, et metteroit le siège devant Saint-Jean-l’Angelier (d'Angely).
~ ~ ~ ~
Última edición por anglier el 21 Mayo 2020, 12:21, editado 1 vez en total.

anglier
male
Mensajes: 138
U - ENGELIER, nom de personne germanique. Angelhari : angel = pointe de l'épée ou peuple des Angles, et hari = armée). Angellier (30, 77) est un nom de personne d'origine germanique. Angelier : Le nom est porté dans l'Isère ainsi que dans le Sud-Ouest (16, 33). Langelier, Langellier (ces deux derniers noms se rencontrant surtout dans la Mancheet aux départements limitrophes). Engelaere : Surtout porté dans le département du Nord, c'est un nom de personne germanique. Angleraud : Le nom est porté dans la Haute-Vienne, où on trouve aussi la forme Engleraud. Il devrait s'agir d'un diminutif du nom de personne Angelier.
- L'Ange, nom de village, de anger, pour armigeri, écuyer ;
- L'Angerie, habitation d'un écuyer ;
- l'Angelière, Près de l'abbaye St-Michel de Frigolé, sur la face Nord du Mt-Faron ;
- Epelengères (les), epatulac angeri pour armegeri, les eaux de l'écuyer ;
- Sault-Besnon, (St-Eugienne), latinisé saltus Berluini, bois de Berlon ou Beslon, seigneur inconnu. Parait plutôt venir de Saltus -binnac-on, le bois qui existe encor en partie, est sur le Limon ;
- Mont-Joie, mons-gaudii, mont de la joie, ainsi nommé parce-que, d'où les pélérins apercevait le sanctuaire du Mt-St-Michel ;
- Le Pont Angelier, à Beauvoir (85), St-Gervais (?), la Barre de Monts (?), le pont de Noimoutier (85) ;
- Angeliers, à Javrezac (16), à Dampierre (48) ;
- Angelière, à Espinasse (Cantal) ;
- Rue de l'Angelière, à Louvigné (35), à Cgnac (16) ;
- Le Valangelier, "Vallis Engelier", à Courgeon (61), à Mortagne (61), à St-Cyr la Rosière, ( ) , à Argouges (50) ;
- - Val Engelier : Nom rare porté dans l'Eure. Il devrait désigner celui qui est originaire du Valanglier (vallis Engelier en 1200), hameau de la commune de Saint-Cyr-la-Campagne. A noter cependant que deux autres hameaux s'appellent le Valangelier, à Courgeon, à Saint-Cyr-la-Rosière (61) et Argouges (50).
- L'Engelinière, à la Lande d'Airou (50), on y cultivait du lin pour fabriquer du linge.
- Valenglier, hameau de St-Cyr la Campagne (27). En 1200, Vallis Engelier.
- Engelier, village de la paroisse de Combourg proche de la fontainede Neime en 1246 ;
Última edición por anglier el 21 Mayo 2020, 12:22, editado 1 vez en total.

anglier
male
Mensajes: 138
V - * * * * * * *
* - Engelier - Angelier - L'Angelier -Angelis - Angely - Anglier -
- Cartulaire de St-Vincent de Macon, DXLII-Circa annum 1000 - parmi les noms, S.Engeleri ;
- Bourgade de Caen (XIe-XIVe), Uxor Engelier H soi (b), deux sol dans le cartulaire de l'abbaye de la Trinité, dans une des chartes de Guillaume (le bastard) le Conquérand, parmi les tenanciers de Villonsdernier quart du XIe siècle ;
- En 1031, un Engelier, chanoine de la cathédrale du Puy, soutint à Limoges l"apostolat de St-Martial avec beaucoup d'éloquence.
- "Etude sur Geoffroy de Vigeois" vers 1140 ; dans le bulletin de la Sté d'Arch. et histo. au Limousin de 1848, p 135 à P. :
> p 155, Dans le chap XI ,Turpin faisant l'énumération des plus illustres combattants qui se trouvaient dans l'armée de Charlemagneparle ainsi du duc Engelier : "Engelier, duc d'Aquitaine, avec quatre combattants ; ils étaient instruits à manier toutes sortes d'armes, surtout les arcs et les flèches. " Cet Engelier, gascon d'origine, était duc de la ville d'Aquitaine, laquelle ville était située entre Limoges, Bourges et Poitiers.
> Or cette cité, après la mort d'Engelier, étant devenu veuve de son duc fut totalement dévastée, parce que tous ses citoyens périrent à Roncevaux par la glaive.
> p 156, Il est fait mention de la vie de St-Léonard, l'on ignore si ce roi régnait tant sur sa ville que sur la province d'Aquitaine. La suite fera connaitre en peu de mots l'origine du duc Engelier.
> p 150, Au chap XXXIIe de sa chronique, Geoffroy parle de l'expédition de Guillaume, duc d'Aquitaine, à Jérusalem, en 1001. Il est dit que l'armée de ce prince fut taillée en pièces par les Sarasins.
- La veille de Bouvines (juillet, 1214). C'est la veille du jour par la foi consacré aux Saints Jacques et Christophe. Après l'aube pâlie, voici le blanc matin.
- N. Engelier, chanoine de l'église St-Barthélémy par devant Lancelin, doyen de Beauvais (1218) ;
- - 1219, dans "Mémoires de la Sté Ac. Arch.et arts de l'Oise". T, 10 ; et 1227 ;
- . . . . disait les avoir hérités de Jean L'Angelier, frère de la Couronne, à qui elles avaient appartenu à titre patriminial, en 1222 ; dans le bulletin de la "Sté Arch. et histo. de la Charente", 1887, T.9 ;
- St-Règle, 1227. - Autre par Michel Angelier, d'un pré de trois quartiers, paroisse de St-Règle, 1280. - Extrait du testament, (Indre et Loir, 1212).
- . . . . ex donatione Johannis Angelier, fratris de Corona, . . . . . . (Charente 1227 ). Bull. de la Sté Arch. et Histo. Carente 1888 ( série 5, T.10) ;
> Hottmar, éxaspéré par l'obstacle imprévu, lentement se replie. A cent pas du castel il arrète sa gent, attendant l'envoyé qui porte son message, Engelier ce héraut, dont l'olifant d'argent annà tout grief contre hier . . . . . , 1227 ;
- A Marseille en 1235, . . . . . .par Dreux de Fontaine de tout ce que Pierre Engelier tenait de lui à Marseille. En 1223, . . . .et de plusieurs petites acquisitions. Puis en 1219, 1227 ;
- . . . . Pierre Bernard, Jehan Angelier, Guillemot Tissot, de St-innocent, Chambéry, Savoie 1267 ; de ses paroissiens, entre autres Pierre Angelier, clerc, et Guiburge, mère de Pierre, d'une part, et l'abbé Gombaud, d'autre part, (Charente, 1251 ).
- . . . mème en donner actes à Pierre Angelier et consords. (Charente 1251-1261) ;
- . . . . Angelier (Durand) 1298 - dans documents inédits sur le commerce de Marseille au moyen-âge. (996) ;
- Estevenins Angeliers, de Columbier, en aige de 45 ans, en mener à Vesoul, . . . . (?) ;
- Engelier, Seigneur d'Amboise, époux de Marie de Flandre, héritière des seigneuries de Termonde et de Nesles. . . . . (?) ;
- Henri Angelier (Paris 12e 1307) Paris sous Philippe-Le-Bel, le rôle de la taille imposée sur les habitants de Paris.
- p . . . d'autre part à la vigne Johan Angelier et l'autre pièce à la vigne André Angeler (Charente-Maritime 1311) ;
- Capitulum . . . Johannès Angelier, de Champeliys/Indre-et-Loire 1316, 1323 et 1356). Pouillé de la Province de Tours.
- Michel Angelier, dit Bertier, 1323, Bull. d'hist. du diocèse de Valence (vol. 13 et 14).
- Colin Langlois, Girard Angelier, et Gilbert Le Sénéchal, avec leurs Femmes, reconnaissent avoir vendu aux religieux de l'abbaye de Lyre ( Glos, Eure, 1331) ;
- "Tront au lu" Macé Angelier et Agaice, sa Femme, sont fermiers de l'Engelière, en 1336 ; dans Rev. Hist. et Arch. (Sarthe, 1336 - 1341)
- Un poulain est vendu trente six sous par Macé Angelier, 36 ans en 1337, (Château Gontier). - dans Rev. Histo.et Arch. du Maine (Vol. 19).
- En 1336, le métayer de l'Engelerie doit un setier de froment à la mesure de Meslay, à la foire de Mayenne
- Macé Engelier, en 1341 et 1342 dans "Rev. Histo. et Arch. du Maine, 1886", T.19 ;
- Jean L'Angelier, à la bonne ville de Si. en Picardie, 1347 ; dans les "Mémoires de la Sté des Antiq. de Picardie" 1840, T.3 ;
- Saint-Jehan-l'Engelier, 1350 :
> En l’an de grasce Nostre-Signeur M.CCC et L, trespassa de ce siècle li rois Phelippes de France. Si fu ensepelis en l’abbeye de Saint-Denis, et puis tu Jehan ses ainnés fils, li dus de Normendie, rois, et sacrés et couronnés en l’église de Nostre-Dame de Raims à très-haute solennité. Apriès son couronnement il s’en retourna à Paris, et entendi à faire ses pourvéances et ses besongnes ; car les triewes estoient fallies entre lui et le roy d’Engleterre. Et envoïa grant gens d’armes à Saint-Omer, à Ghines, à Tiéruane, à Aire et tout sus les frontières de Calais, par quoi li pays fust bien gardés des Englès ; et vint en imagination au roy qu’il s’en iroit en Avignon veoir le pape et les cardinauls, et puis passeroit oultre vers Montpellier et viseteroit la Langue d’Och, ce bon cras pays ; et puis s’en iroit en Poito et en Saintonge, et metteroit le siège devant Saint-Jean-l’Angelier (d'Angely).
- St-Jean L'Angelier, la bonne ville ou si ordonnèrent tout à mettre siège, en 1356 ; dan la "Sté de l'hist. de France". Dans les chroniques de J. Froissart, par Siméon Luce. T4, 1346 - 1356 ;
- A Blois, en 1360, par Julien Angelier qui appartenait à la célèbre Famille des Imprimeurs. . . . . ; dans Rev. d'hist. litt. de Fr. vol. 15 ;
- . . . . Angelier (Bernard L'), routier anglais ( St-Flour, 1361) ;
- . . . Jehan Angelier, (Rhône-Alpes, 1361) ; dans Mémoires et Documents, vol. 13 - + 1390, Jehan Angelier, procureur, 1364 ;
- . . . septième des fruits, à Guillaume Angelier, sur une terre en 1365, et une vigne en 1369, (Charente, 1365) ; dans Notes Histo. sur la baronnie de Marthon en Angoumois .
- . . . . Raimond. Sa fille épousa Jean Angelier, Fr. 1371 - dans la France d'Outre-mer de Du Cange ;
- . . . y avait à Giblet (?) une Famille Angelier, ou d'Angelier (1365) ; dans Rev. de l'Orient latin (1895, 3) ;
- . . . . Philipon Loyétat, Pierre de Brix, Guillaume Angelier et à touz les autres sergents du roy notre Sire, salut. Poitiers, 1370) - dans Recueil de documents concernant la commune de Poitiers II, de 1328 à 1380 ;
- Engelarius Raymundu, coseigneur de Castelet (Apt), 1375) ;
- Dans la chronique B. du Guesclin, " . . . . englois qui ont non Engelier. . . . . " ;
- Jehan L'Angelier, et à 2 lieues de Saintes, au meilleur du monde. Sarthe 1385 ; dans les "Annales Fléchoises et Vallée du Loir". 1910, T.11 et T.12 ;
- . . . . de la Bridoire (1421), Jean Angelier (1423(France 1307). Dans Bull. d'hist. Eccl. du diocèse de Valence (vol. 13-14) ;
- La ville et duché de Milan, par acte de 20 avril 1502 contre les prétentions d'AngelierPanneiro ;
- Pierre L'Angelier, fs de Pierre, chapelier, rue de Gravilliers (Paris), entre en apprentissage à 13 ans, en 1547. Dans "Revues des bibliothèques" 1926 ( A 36 ) ;

anglier
male
Mensajes: 138
w ) - Piétro Angeleri (?) :
- A la mort de Nicolas IV, le 4 avril 1292, l'impuissance des cardinaux à se mettre d'accord pour l'élection d'un nouveau Pape entraina pour le Saint-Siège une vacance de deux ans. Le 5 juillet 1294, les onze cardinaux réunis en conclave à Pérouse élirent à l'unanimité Pierre, moine de Marrone dans les Pouilles, qui prit le nom de Célestin V.
- Pierre-Célestin V, Piétro Angeleri, né vers 1910, décédé le 19 mai 1296 à Fumone, était un moine-ermite appartenant à l'ordre à l'ordre des Bénédictins. Il en fonda une nouvelle branche qui prit par la suite le nom de Célestins. Il a été le 192e pape de l'église catholique.
La renonciation de Célestin V , le 13 déc. 1294, au souverain pontificat fut lourd de conséquences pour l'église de France. Les contreverses doctrinales qu'elle souleva eurent des répercussions directes sur les relations de Philippe Le-Bel et du clergé français avec Boniface VIII, puis avec Clément V.
La canonisation de Pierre-Célestin, en 1313 par le pape Clément V, s'inscrit dans la suite des efforts déployés par Philippe Le-Bel contre la mémoire de Boniface VIII, le successeur de Célestin V.
Il fut utilisé par certains "Théologiens" contestataires comme la figure du pape alternatif opposé à l'église officiel. Son corps fut l'objet d'une visite de Paul VI, qui alimenta la rumeur sur sa possible démission, puis de Benoit XVI qui déposa même son "pallium sur sa chasse" retiré de la basilique de Collemaggio ruiné par un tremblement de terre, le 28 avril 2009.
Sur la renonciation de Pierre-Célestin V :
https://www.persee.fr/doc/rhef_0300-9505_1939_num_25_107_2884 ;

Responder

Volver a “Manche (50)”