Responder

Chaudronnier et migration

ericdubois
male
Mensajes: 818
Árbol : Gráfico
Ver su árbol genealógico
Les ancêtres qui ont migré loin de leur lieu de naissance m'intéressent particulièrement, et j'essaie de trouver les raisons de ces migrations.

J'ai appris récemment qu'un ancêtre marié en Moselle en 1775 était originaire du Limousin, soit à 700 km de distance. Il était chaudronnier, âgé de 30 ans, et son père laboureur.

Je sais qu'il existait des chaudronniers ambulants, mais je doute que leur rayon d'action était si large. Y avait-il un surplus de chaudronniers dans le Limousin ou une demande particulièrement forte en Moselle qui pourrait expliquer ce déplacement?

fvielfau
fvielfau
Mensajes: 8857
Árbol : No gráfico
Ver su árbol genealógico
bonjour,

les chaudronniers du massif-central se déplaçaient très loin et partout.
il venait surtout de la zone Cantal-Corrèze

il y avait aussi beaucoup de marchands de parapluies migrants depuis cette région.

voir ici des études migrations en Suisse, Pays-Bas, Espagne etc...
https://www.aprogemere.fr/dossiers/migrations

François

ericdubois
male
Mensajes: 818
Árbol : Gráfico
Ver su árbol genealógico
Merci François. J'ai appris quelque chose aujourd'hui.

Mon ancêtre venait de Saint Julien d'Alboy en Corrèze, à la frontière du Cantal. Cela explique comment il est arrivé en Moselle. Et ça me permettra de découvrir une nouvelle région.

fvielfau
fvielfau
Mensajes: 8857
Árbol : No gráfico
Ver su árbol genealógico
ericdubois escribió:
19 Enero 2020, 02:05

Mon ancêtre venait de Saint Julien d'Alboy en Corrèze, à la frontière du Cantal.
ah ! oui, vous êtes en cœur de la zone des chaudronniers.

F.

cberaud
female
Mensajes: 991
Árbol : No gráfico
Ver su árbol genealógico
Bonjour,

Mon aïeul Antoine RIGAL est né dans le Cantal (Tourniac), chaudronnier ambulant, il s'est marié dans les Vosges (Aouze) et y a fait souche. Tourniac est a moins de 20kms de St Julien.
Son fils Louis Marie était ferblantier et mon grand père (son petit fils) aussi plombier ferblantier. Il avait aussi la "bougotte" il est parti travailler à Paris entre les deux guerres. Les toits en zinc sont alors gros consommateurs de ferblantiers.

En Bourgogne (Autun) nous avons encore les parapluies NEYRAT (depuis 1852). Le patronyme est originaire de Corrèze.

Ces déplacements font la richesses de nos arbres

Bonnes recherches en Moselle
Si vous aimez vos morts, faites leur confiance au point d’aimer leur silence.
Amélie NOTHOMB

ericdubois
male
Mensajes: 818
Árbol : Gráfico
Ver su árbol genealógico
cberaud escribió:
19 Enero 2020, 09:02
Bonnes recherches en Moselle
Merci, mais en fait ce sont les recherches en Corrèze qui débutent vu que je remonte vers les ancêtres plus lointains. Les recherches en Moselle continuent et ne forment à présent qu'une petite branche. C'est en essayant de rallonger cette branche que je suis tombé sur un acte de mariage qui m'emmène en Corrèze. Une des surprises que seule la recherche généalogique peut fournir.

dbassanobarat
female
Mensajes: 1411
Árbol : Gráfico
Ver su árbol genealógico
Nombre de "chauderonniers" (sic) auvergnats traversaient les Pyrénées, j'en ai vu mourir au bord des Gaves dans les registres des Landes ou des Pyrénées atlantiques.
J'avais d'ailleurs trouvé (mais où?) une liste d'expulsés hors d'Espagne d'Auvergnats installés en Andalousie avant la Révolution qui étaient rentrés en France presque tous chaudronniers y ayant fait souche.
Mais une grande partie d'entre eux étaient semble-t-il nomades et saisonniers et faisaient les allers retours, ils avaient là bas des "comptoirs" .
Cordialement
Dominique

Responder

Volver a “Métiers d'autrefois”